Actualité navale

Construction d’un bateau : Les différentes étapes et métiers concernés

La construction d’un ouvrage flottant (bateau à moteur, restaurant, barge, péniche, ponton, …) nécessite environ 18 mois entre la demande initiale du client de conception de son projet à la livraison finale. Nos équipes interviennent tout au long du processus que l’on peut découper en 7 étapes :

 

1. Conception

2. Etude d’industrialisation

3. Arrivée des matières premières

4. Fabrication de la coque

4.1. Préfabrication des blocs ou panneaux en atelier

4.2. Montage/soudage sur le marbre d’assemblage

5. Armement et agencement

6. Mise à l’eau et finition

6.1. Préparation mise à l’eau

6.2. Finition à flots

7. Livraison et réception au port d’attache

 

Découvrez ci-dessous ces étapes détaillées et comment nos différents métiers, incarnés par des professionnels passionnés, garantissent le succès de chacune d’entre elles.

 

1. La conception

Tout comme la construction d’un bâtiment, immeuble ou d’une habitation, les constructions navales font l’objet d’une étude préalable de conception appelée « Avant-Projet Sommaire (APS) ». Des plans d’ensemble, de design, de structure permettent de définir toutes les caractéristiques techniques et physiques du futur bateau. Ces éléments sont définis avec le client, un cabinet d’architecture et un assistant maîtrise d’ouvrage qui s’appuient sur les normes et règles imposés par la future localisation, l’usage final de l’ouvrage ainsi que les différentes normes environnementales et de sécurité associées à celui-ci. A partir de ces éléments, notre équipe « études et projets » peut établir sa première proposition commerciale.

 

2. Etude d’industrialisation

Lors de cette étape, les plans d’architectes sont transformés en plan de fabrication adapté à notre méthode et à nos infrastructures (moyens de production, manutention et structures.). L’échantillonnage de la structure est vérifié et l’ouvrage est détaillé plan par plan, éléments par éléments, des panneaux utilisés pour créer le fond, les cloisons aux différents profilés, plats-boudins et autres éléments pour rigidifier la structure, en passant par les différents éléments constitutifs de l’ouvrage (ex : guindeau, box-cooler, bollards…). Nos chefs de projets en collaboration avec la responsable approvisionnements réalisent les différentes commandes en s’appuyant sur nos fournisseurs partenaires depuis de nombreuses années.

 

3. Arrivée des matières premières

Les matières premières et les différentes pièces oxycoupées issues de la nomenclature et des débits établis dans la phase précédente sont réceptionnées sur le site par notre magasinier et déchargées à la grue par nos équipes de production. Le grutier est guidé depuis le sol par radio par un de nos chefs d’équipe chaudronnier et son équipe en charge de sécuriser le chargement lors des manutentions avec différents accessoires de levage (ex. palonniers, pinces à tôles…). D’autres éléments sont manutentionnés par l’un de nos nombreux caristes. Environ 50% de notre équipe production possède son CACES afin de manipuler notre chariot élévateur en toute sécurité.

 

4. Fabrication de la coque

 

4.1. Préfabrication des blocs ou panneaux en atelier

Les différents éléments nécessaires à la construction de la coque (tôles, profilés…) sont acheminés vers l’atelier chaudronnerie à la grue, remorque et chariot élévateur en fonction des besoins et des étapes de la fabrication en cours. Dans l’atelier, nos chaudronniers plient et préforment les éléments du futur ouvrage à l’aide de nos différentes machines-outils en fonction des formes désirées. Ensuite ils préassemblent ces éléments chaudronnés ou mécanosoudés pour les préparer à la phase de montage puis au soudage par nos soudeurs.

Les éléments prêts à être montés sont sortis de l’atelier sur la remorque à l’aide du chariot élévateur mis dans la zone d’évolution de la grue en fonction du poids des éléments et posés sur le marbre de montage pour commencer la phase de montage.

 

4.2. Montage/soudage sur le marbre d’assemblage

Lors du montage par nos chaudronniers, à chaque panneau monté pour constituer les différents compartiments du bateau, les blocs sont alignés à la lunette en prenant pour référence le marbre de montage mise à niveau en début de construction. Les panneaux sont posés sur le marbre à la grue et sont rapprochés par nos équipes à l’aide de crics, palans jusqu’au pointage des éléments entre eux. En fin de montage, tous les éléments sont soudés entre eux par nos soudeurs. A l’issue de cette phase, la coque extérieure et les différents compartiments du bateau sont assemblés.

 

5. Armement et agencement

Une fois la coque et les différents ponts montés, divers corps de métiers interviennent pour habiller la coque du bateau, les peintres, les maçons, les électriciens, les isolateurs, les tuyauteurs, les mécaniciens de bords et d’ateliers… Chacun de ces corps de métiers a des besoins propres pour réaliser ses activités. Nos chaudronniers et tuyauteurs réalisent ainsi des réservations aux endroits définis au préalable sur les plans de recollement.

Nos électriciens et mécaniciens de bords commencent à poser les équipements dont ils ont la charge. Ces activités diverses engendrent des risques liés à l’intervention de ces différents corps de métiers dans des espaces aussi réduits que la coque d’un bateau. Le chef de projet et le responsable d’ouvrage production assure la bonne réalisation de ces travaux en toute sécurité en concertation avec notre animatrice sécurité et environnement.

 

6. Mise à l’eau et finition

 

6.1. Préparation de la mise à l’eau (ripage/décalage/peinture des œuvres vives)

Une fois le gros des travaux réalisés, l’opération de mise à l’eau est préparée par notre équipe de tirage à terre. La première phase est le ripage de l’ouvrage qui consiste à décaler le bateau du marbre vers les chariots de tirage à terre, permettant la mise à l’eau. Cette opération s’effectue à l’aide de treuils dits de halage ou décalage qui permettent de translater l’ouvrage du marbre d’assemblage jusqu’à l’axe de la voie de tirage à terre. Cette translation permet à nos soudeurs de finaliser les soudures de fond et aux peintres, sous-traitants permanents du chantier, de réaliser la peinture des œuvres vives (partie de l’ouvrage qui sera immergée).

 

6.2. Mise à l’eau et finition à flots

A la première mise à l’eau du bateau, une petite cérémonie est réalisée. Une bouteille de champagne est brisée sur la coque de l’ouvrage avant sa mise à l’eau pour le baptiser.

Lors de cette étape, des voyants sont posés à la grue sur les chariots de tirage à terre. Ils permettent de matérialiser les chariots immergés et ainsi maintenir le bateau parfaitement positionné sur ces chariots dans l’axe de la voie. L’équipe de tirage à terre peut alors descendre progressivement l’ouvrage posé sur les rails jusqu’à son arrivée dans l’eau.  A cet instant, traditionnellement, les cornes de brume et autres klaxons sont actionnés pour marquer ce moment où la nouvelle unité touche l’eau pour la première fois. A l’issue, le bateau est mis à quai pour les finitions et essais de navigation. Ces essais sont réalisés en présence du client, du chef de projet en charge de l’ouvrage, d’un mécanicien de bord et d’un électricien pour reprendre si nécessaire la partie motorisation et giration de l’ouvrage.

 

7. Livraison et réception au port d’attache

Si l’ouvrage n’est pas motorisé nous l’acheminons grâce à des bateaux pousseurs, appartenant à la logistique fluviale CEMEX, jusqu’à son emplacement définitif où une équipe de chaudronniers soudeurs, accompagnée d’un grutier réalise la mise à quai par différentes opérations de brêlage, manutentions avec grue mobile et travaux sur l’eau avec des équipements permettant de maintenir les équipes à flots, tels que bachots et pontons. Les passerelles, équarres et colliers sont alors mis en place. Cette opération est préparée minutieusement en amont avec l’équipe de production intervenante ; le chef de projet en charge de l’ouvrage et l’animatrice sécurité environnement afin de réduire et de maîtriser les risques induits par ces opérations.

Notre chantier naval est en mesure de vous accompagner tout au long de votre projet de construction d’une péniche, d’un bateau à moteur à la réalisation d’un ponton en passant par la construction d’un restaurant ou d’une barge. Nous intervenons également dans le cadre de réparation d’avaries, de transformation ou de rénovation.

 

Vous avez un besoin, nous avons l’expertise !


Actualités des Chantiers de la Haute-Seine

05 Avr 2018

( Portrait,Soudeur)

Tout savoir sur le métier de soudeur...

Il y’a quelques temps nous parlions du métier ancestral de chaudronnier aux Chantiers de la Haute-Seine. Dans la logique de construction, nous allons nous intéresser au métier de soudeur. Après le développement, l’assemblage et le montage des pièces …

       Lire la suite

05 Fév 2018

( Chantiers de la Haute-Seine)

Prévention : Nos salariés ont...

3 salariés de notre chantier naval ainsi que 4 salariés CEMEX Granulats ont participé récemment à une formation prévention chute à l’eau animée par l’organisme AFS (Association de Formation Spécialisée) sur le site de Villeneuve-Le-Roi. 

       Lire la suite

22 Jan 2018

( Chantiers de la Haute-Seine)

25 élèves ont découvert notre...

Pour la 2ème année consécutive, les Chantiers de la Haute Seine ont reçu sur leur site, le 16 janvier dernier, une classe de CM2 de l’EEPU Jean-Moulin de Villeneuve-le-Roi (94). Les 25 élèves ont découvert l’activité de construction navale.

       Lire la suite