Quand l’industrie et les femmes ne font qu’une

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les Chantiers de la Haute-Seine, PME relevant du secteur de la métallurgie, sont fiers de compter plusieurs femmes à des postes clés de l’organisation et d’avoir réussi à attirer des talents féminins dans un univers encore largement masculin. A l’occasion de la Journée internationale des femmes 2022, nous avons recueilli le témoignage de certaines d’entre elles. Beaucoup d’enthousiasme et quelques coups de gueule.

Muriel, responsable de la performance opérationnelle

De formation comptable, Muriel travaille au chantier depuis 12 ans comme responsable de la performance opérationnelle. Elle a débuté sa carrière en tant que comptable chez un expert-comptable, puis chez un grossiste en produits biologiques. En 1990, elle a été recrutée au service fiscalité du groupe CEMEX, toujours en tant que comptable. En 2010, elle a rejoint les Chantiers de la Haute-Seine, filiale du Groupe CEMEX.

« Je suis en charge du contrôle de gestion pour le chantier ainsi que pour Terra expertis, une autre filiale du Groupe. Je gère également le support informatique et obligations comptables pour les équipes locales. Je fais aussi le lien avec les équipes comptables délocalisées et je m’occupe du suivi des encaissements. » explique Muriel. « J’apprécie la variété des tâches et le fait que chaque journée est différente. J’aime être en relation avec les équipes du terrain, les clients et les fournisseurs » précise-t-elle. « Je trouve que les femmes doivent faire preuve de plus de persuasion que les hommes pour être écoutées, et je suis convaincue que la mixité est un atout majeur pour les entreprises car elle enrichit les points de vue. Je me suis toujours senti l’égale de mes collègues masculins » répond-elle quand on l’interroge sur la place des femmes dans l’entreprise. « En revanche, ce qui m’énerve, c’est qu’on pense que je suis secrétaire parce que mon bureau est à côté de celui du directeur ! » ajoute-t-elle. A la question sur sa perception quand aux inégalités femmes hommes, elle répond sans hésiter que « l’écart des salaires aux postes similaires reste l’inégalité majeure ». Si vous croisez Muriel, ne lui parlez pas de la Journée internationale des femmes, c’est un concept auquel elle n’adhère absolument pas !

Ninon, adjointe responsable de projets en alternance

Etudiante en BTS Conception et réalisations en chaudronnerie industrielle, Ninon travaille en alternance au sein de l’entreprise en tant qu’adjointe responsable de projets, depuis quelques mois. Elle a déjà expérimenté l’alternance quand elle préparait un bac professionnel de Technicien en chaudronnerie industrielle en travaillant dans l’entreprise Bougoignon, à Volvic, comme tuyauteuse industrielle.

« Aujourd’hui, mon métier consiste à accompagner et à suivre du début à la fin les différents projets de nos clients. Il peut s’agir aussi bien de bateaux logements, de bateaux de transport de marchandises ou encore de bateaux à passagers » résume Ninon. « J’aime la relation client, la diversité des tâches ainsi que la découverte de nouveaux corps de métier. Chaque bateau est différent avec son histoire et des particularités » s’enthousiasme-t-elle. Ninon trouve qu’au travail, les femmes font preuve de plus de douceur et de délicatesse que les hommes et suivent une certaine ligne de conduite. « En tant que femme, il faut s’imposer, se faire respecter et montrer que nous sommes tout aussi capables que nos collègues masculins » ressent-elle « La maternité semble hélas encore un problème… Dans certaines entreprises, lors d’entretiens d’embauche, des femmes entendent parfois des questions comme « Souhaitez-vous des enfants ? D’ici combien de temps ? » » se désole Ninon. « Il reste encore du chemin à parcourir ! »

Amal, animatrice santé sécurité et environnement

Diplômée d’un master en physique-chimie, Amal a poursuivi ses études pour se spécialiser dans les systèmes de management Qualité sécurité et environnement (QSE) puis s’est formée au développement durable. Elle a débuté sa carrière au sein du Groupe CEMEX en 2010 en tant qu’assistante conformité réglementaire dans l’entité Granulats Nord. Puis elle est arrivée aux Chantiers de la Haute Seine en 2019 où elle occupe le poste d’animatrice santé sécurité et environnement.

« Ma mission est de mettre en œuvre la politique santé sécurité du groupe et de suivre le programme d’actions avec les collaborateurs. Pour ce faire, je dois faire appliquer les différentes réglementations ; former et sensibiliser mes collègues sur les risques encourus ; échanger avec le service santé au travail et les organismes de prévention ; améliorer les conditions de travail » explique Amal. « Ce qui me plait le plus dans mon travail, ce sont les échanges avec les collaborateurs, l’analyse et l’étude des postes de travail. J’aime également être dans la recherche permanente de solutions pour atteindre l’objectif zéro accident. La variété des tâches me plait beaucoup. » précise-t-elle. « Les femmes ont des atouts certains. Elles ont le sens de la coopération, elles sont créatives et ont une importante capacité d’adaptation » dit-elle. « En revanche, elles font face à certaines difficultés comme la conciliation de leurs vies privée et professionnelle et l’accès à certains postes à haute responsabilité. » regrette-t-elle.