Remplacement du système de propulsion d’étrave sur un automoteur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

En novembre dernier, les Chantiers de la Haute-Seine ont réceptionné le Mohicans, un automoteur long de 82 mètres et large de 9,5 mètres. Des travaux lourds ont été réalisés durant 6 semaines pour améliorer le système de propulsion d’étrave du bateau.

Le Mohicans, propriété de Monsieur et Madame Nicolas, artisans mariniers, était déjà équipé d’un propulseur d’étrave. Les propriétaires souhaitaient cependant doter leur bateau d’un propulseur et d’un moteur plus puissants afin d’en améliorer la manœuvrabilité.

Une organisation de travail méthodique et minutieuse

Ces travaux conséquents se sont déroulés en plusieurs étapes dont la première consistait à modifier le nez du bateau. Pour ce faire, le propulseur d’étrave et son moteur ont été déposés et la tuyauterie d’échappement a été entièrement refaite. D’autres modifications annexes ont également été apportées sur le pont avant du bateau.

Les équipes du chantier ont commencé par déconnecter le moteur de l’ancien propulseur et déposer l’ensemble des réseaux (fuel, électricité, refroidissement).

Un travail conséquent et délicat consistait à découper le fond du bateau pour déposer le propulseur et le moteur, puis créer un gabarit aux dimensions du nouveau propulseur, soit 3 300 mm x 1750 mm.  Pour ce faire, les emplacements du propulseur et du moteur ont été déterminés de façon très précise en fonction de l’encombrement disponible à bord, un vrai travail d’horlogerie !

Etape suivante : la déconnexion et la modification des différentes tuyauteries (eau chaude et évacuation). Puis, les équipes ont monté le silencieux à bord, en l’insérant par le dessous du bateau, tout comme le moteur. Enfin, ils ont présenté et mis en place le nouveau propulseur avant d’en effectuer les raccordements à la structure existante du bateau.

Répondre aux différentes exigences

Plusieurs contraintes se sont présentées auxquelles les équipes du chantier ont parfaitement répondu. En premier lieu, le modèle du nouveau moteur devait bien entendu respecter les normes en vigueur (CCNR2) et il n’était donc pas possible de choisir un moteur neuf (tout nouveau moteur installé sur un bateau de navigation intérieure doit respecter des normes d’émissions polluantes fixées au niveau européen, ainsi que des règles d’installation à bord). Les experts du chantier naval ont également dû faire face avec une importante contrainte d’encombrement dans la salle des machines à l’avant du bateau pour mettre en place l’ensemble du matériel embarqué. Puis il a fallu composer avec un timing assez serré puisque le Mohicans devait impérativement être remis à l’eau le 3 janvier, soit 6 semaines après son arrivée au chantier. Enfin, la gestion de la coactivité était aussi à prendre en considération, notamment avec l’entreprise Van Tiem, fournisseur du moteur et du propulseur, pour mener les essais.

Le 3 janvier, comme convenu, le Mohicans a été remis à l’eau et son exploitation a pu reprendre sans tarder. Les propriétaires ont eu, depuis, l’opportunité de constater l’excellente manœuvrabilité de leur bateau équipé de ses nouveaux moteur et propulseur !

La localisation du chantier à 14 kilomètres en amont de Paris et l’expertise de ses équipes sont de véritables atouts pour mener à bien des travaux de transformation plus ou moins conséquents, sur tout type de bateau fluvial, et ce dans des délais de mobilisation très performants.